Laboratoire de recherche sur la prévention des maladies chroniques
Visionnez notre dernière vidéo sur les résultats principaux de l'étude MATCH :
Cliquez sur cette image pour un lien direct à notre page Facebook :
Description du projet
Quand et pourquoi le niveau d’activité physique diminue à l’adolescence ?
 
Ce programme de recherche porte sur ces questions afin de guider l’élaboration d’interventions efficaces pour maintenir et augmenter les niveaux d’activités physiques chez les jeunes.

Cette étude de cohorte prospective combine des mesures quantitatives et qualitatives. La participation aux activités physiques spécifiques est mesurée trois fois par année tout au long de l'adolescence à l'aide de questionnaires par près de 1000 jeunes. Les motifs pour participer ou non à différentes activités physiques sont explorés dans les questionnaires ainsi que dans les entrevues semi-dirigées avec un sous-échantillon de 25 participants.

Les données quantitatives obtenues à partir des questionnaires permettront :
  • La description des tendances de participation aux activités physiques spécifiques chez les jeunes;
  • L’évaluation des influences provenant de diverses sources; 
  • Les motivations et les besoins psychologiques des participants. 

Par l’entremise d’analyses qualitatives, nous allons développer une compréhension approfondie des différentes influences et des interactions possibles entre eux. Cela servira de guide vers l'élaboration d'interventions plus efficaces.

Voici une vidéo que nous avons fait pour les participants de l'étude :
Grands objectifs 
  • Cartographier les périodes où les jeunes entreprennent et abandonnent des activités physiques spécifiques.
  • Identifier les facteurs qui motivent la participation aux activités physiques spécifiques à différentes périodes pendant l'adolescence.  
  • Déterminer les facteurs qui contribuent à interrompre ou maintenir la participation aux activités physiques spécifiques tout au long de l'adolescence. 
Équipe de recherche 
Chercheurs: Mathieu Bélanger (Chercheur principal), Jennifer Brunet, Jennifer O’Loughlin, Catherine Sabiston, Katie Gunnell, Isabelle Doré et Robert J. Vallerand 
 
Professionnels de recherche: Rachel Hébert, François Gallant et Julie Goguen Carpenter
 
Étudiants (passés et présents): Emilie Beaulieu (MD-Sherbrooke), Julie Goguen Carpenter (MSc-Sherbrooke), Marie-Claude Lavigne-Albert (MD-Sherbrooke), Jason MacKenzie (MSc-Sherbrooke), Erin Wing (MSc-Ottawa), Stéphanie Ward (MSc-Sherbrooke), François Gallant (MSc-Sherbrooke), Kristy Smith (PhD-Windsor), Marie-Ève Michaud (MSc-Sherbrooke)

Stagiaires postdoctorales (passés et présents): Katie Gunnell (Ottawa), Patrick Abi Nader (Sherbrooke), Isabelle Doré (Toronto) et Jodie Stearns (Ottawa)
Résultats jusqu’à date (mis à jour décembre 2018):

- Les enfants qui participent à plusieurs sports ont plus de chance d’être actifs durant l’adolescence. Au contraire, les enfants qui se spécialisent dans un sport ont plus de chance d’abandonner les sports quand ils vieillissent. (Gallant, F., O’Loughlin, J., Brunet, J., Sabiston, C., Bélanger, M. 2017. Pediatrics) 
 
- La participation récréative et de performance aux sports durant l’enfance sont associées avec une bonne santé mentale à la fin de l’adolescence. (Isabelle Doré, Catherine Sabiston, Marie-Pierre Sylvestre, Jennifer Brunet, Jennifer O’Loughlin, Patrick Abi Nader, François Gallant, Mathieu Bélanger – Journal of Adolescent Health, 2019) 

- Les jeunes qui ont au moins un parent qui participe dans des sports d’équipe ont plus de chance de continuer de participer dans des sports d’équipe. La participation à des sports individuels des jeunes n’est pas associée avec la participation des parents dans des sports individuels. (Brunet, J., Gaudet, J., Wing, E., Bélanger, M. 2017. Journal of Sport and Health Science)  

- L’étude MATCH a clarifié que passer du temps à l’extérieur peu amélioré la santé mentale parce que l’extérieur offre un endroit propice à faire de l’activité physique. L’amélioration de la santé mentale associé avec le temps passé à l’extérieur sont dû à des augmentations en activité physique (Mathieu Bélanger, François Gallant, Patrick Abi Nader, Jennifer O’Loughlin, Catherine Sabiston, Isabelle Doré, Katie Gunnell, Richard Larouche, Marie-Pierre Sylvestre– en révision) 

- Les stress de la vie perçus par les jeunes sont souvent associés avec une augmentation dans la participation à des sports non-organisés, ce qui suggère que ces activités représentent une solution aux ruptures amoureuses, le deuil et un manque de support parental. (Patrick Abi Nader, Stéphanie Ward, Sherif Eltonsy, Mathieu Bélanger – Preventive Medicine, 2018) 

- Les enfants qui rapportent faire de l’activité physique parce qu’ils aiment ça font habituellement plus d’activité physique organisée. Les enfants qui veulent améliorer leurs habiletés participent plus à des activités physiques de groupe et ont plus de chances d’atteindre les niveaux d’activité physique quotidiens recommandés. (Goguen, J., Bélanger, M., Xhignesse, M., Ward, S., Sabiston, C., O’Loughlin, J. 2015. International Journal of Sport and Exercise Psychology) 

- Il existe des barrières internes (ex. « je ne suis pas intéressé à faire de l’activité physique ») et externes à l’activité physique (ex. « Je n’ai pas l’équipement nécessaire à faire de l’activité physique), mais seulement les barrière internes sont susceptibles de limiter l’activité physique des jeunes. (Gunnell, K.E., Brunet, J., Wing, E.K., Bélanger. 2015. Pediatric Exercise Science) 

- Malgré que les chercheurs de MATCH ont trouvés que la proximité des infrastructures d’activité physique (parcs, sentiers, gymnases) n’affecte pas la maintenance d’activité physique, ils ont trouvés que les environnements qui favorisent le transport actif aident les filles et les garçons être plus actifs. (MacKenzie, J., Brunet, J., Boudreau, J., Iancu, H.D., Bélanger, M. 2015. Preventive Medicine Reports; Ward, S., Bélanger, M., Goguen-Carpenter, J., Caissie, I., Vanasse, A., Donovan, D. 2015. Journal of School Health) 

- Il existe des théories qui suggèrent que les humains doivent être satisfaits pour vivre une vie heureuse. Par exemple, la théorie se concentre sur les interactions sociales au cours de l'activité physique comme «J'ai l'impression d'avoir développé un lien étroit avec les autres» et aussi des sentiments de compétence comme «Je suis satisfait de ma performance à l'activité physique » et finalement, des sentiments d'être capable de faire ce que vous voulez quand vous le voulez comme "Quand je participe à l'activité physique, je me sens comme je suis libre de décider par moi-même comment participer.". En gros, les chercheurs de MATCH ont constaté que plus ces besoins sont satisfaits au fil du temps, plus les gens étaient actifs. De plus, quand l’AP augmente, nous avons trouvé que la qualité de vie sociale et physique s’améliore. (Gunnell, K. E., Brunet, J., & Bélanger, M. 2016. Health Psychology ; Gunnell, K. E., Brunet, J., Sabiston, C. M., Bélanger, M. 2016. Journal of Sport & Exercise Psychology; Brunet J., Gunnell, K. E., Teixeira, P., Sabiston, C. M., Bélanger, M. 2016. Journal of Sport & Exercise Psychology) 

- Les chercheurs de MATCH ont également constaté que lorsque les jeunes percevaient qu'ils avaient un bon soutien parental, ceci était associé positivement à la conviction d'être capable d’être actif peu importe les barrières rencontrées. (Wing, E.K., Bélanger, M., Brunet, J. 2016. American Journal of Health Behavior)  
 
- La participation aux sports organisés décline plus rapidement chez les plus jeunes d’une cohorte (ex. nés à la fin de l’année). Cet effet relatif de l’âge n’est pas apparent pour la participation aux sports non organisés. (Kristy L. Smith, Laura Chittle, Jess C. Dixon, Sean Horton, Mathieu Bélanger, & Patricia L. Weir – en révision) 

Interprétations des résultats
 

- Étant donné que les enfants qui ne pratiquent pas de sports durant leur enfance courent un risque élevé de ne pas être actif physiquement plus tard, des stratégies sont nécessaires pour trouver des moyens d'impliquer tous les enfants dans des activités sportives adaptées à leur développement. Celles-ci pourraient inclure des programmes après l'école et des sports non compétitifs.
 
- Les personnes qui travaillent avec des enfants dans les sports doivent comprendre que pratiquer plusieurs différents sports pendant l'enfance est préférable à la spécialisation sportive (pratique intensive d’un seul sport), car elle réduit le risque d'abandon du sport.
 
- Comme nous avons constaté que les jeunes semblent souvent se tourner vers la participation à un sport non organisé en tant que mécanisme permettant de gérer les stress de la vie, des efforts plus importants de la part de la société devraient être mis en œuvre pour encourager la participation chez les jeunes aux sports non organisés. Environ 1/3 des jeunes canadiens pratiquent régulièrement des sports non organisés, de sorte que plusieurs d'entre eux risquent de ne pas profiter des avantages qui y sont associés. De plus, comme 3/4 des jeunes canadiens participent à des sports organisés, il pourrait être avantageux d’équiper les programmes de sports des compétences nécessaires pour aider les jeunes à faire face aux stress de la vie. 
 
- Étant donné que les enfants attribuent beaucoup d’importance aux motifs de plaisir, les praticiens du sport, les écoles et les communautés qui souhaitent augmenter la participation aux sports organisés devraient chercher à rendre leurs activités intéressantes, amusantes et stimulantes. 
 
- Pour augmenter la participation aux sports de groupe, les interventions devront peut-être prendre en considération les motifs de compétence en renforçant le développement d’habiletés et l'amélioration de la performance, et en proposant des défis réalistes et réalisables par l’entremise d’occasions de participation au sport. 
 
- Pour augmenter la satisfaction des besoins psychologiques (compétence, social et autonomie) qui peuvent à leur tour augmenter l’activité physique d’intensité modérée à vigoureuse chez les jeunes, les écoles et les organisations sportives devraient: 1- Fournir aux jeunes des possibilités de pratiquer de nouvelles habiletés avec l’aide d’un professionnel du sport et les encourager à continuer de pratiquer ces habiletés afin de se sentir plus à l'aise et avoir plus de confiance (compétence), 2- Permettre aux élèves de choisir des activités en fonction de leurs intérêts. Cela permettra de regrouper des jeunes ayant des objectifs semblables et facilitera le développement de rapports sociaux (social), et 3- Offrir aux jeunes la possibilité de choisir l'activité dans laquelle ils souhaitent s'engager sans remettre en cause leurs motivations ou essayer de contrôler les résultats (autonomie). 
 
L’environnement scolaire est étroitement lié à la participation sportive, et plus particulièrement à la participation aux sports organisés. Les écoles et les conseils scolaires pourraient travailler ensemble pour mettre en œuvre des programmes de transport actifs, tels que des programmes «Trottibus», des journées de transport actif, et modifier les politiques ou créer des infrastructures favorisant le transport actif pour se rendre à l'école, tels que la tolérance des planches à roulettes sur le terrain de l'école, offrir des portes-vélos et veiller à ce que des brigadiers scolaires soient présents aux passages pour piétons. 
 
- La participation des parents au sport peut avoir une influence sur les types d’activités pratiquées par les jeunes, surtout pour les activités relativement moins populaires chez les jeunes. Les communautés et les organisations sportives devraient offrir plus d’occasions aux parents d'être actifs, tels que les équipes sportives pour adultes et les ligues de sport en tant que stratégie pour augmenter la participation sportive des jeunes. 
 
- Les barrières internes aux sports semblent avoir un effet plus important sur l’activité physique d’intensité modérée à vigoureuse que les barrières externes: Les programmes visant à augmenter la participation aux sports chez les jeunes devraient être discutés avec les jeunes; leurs barrières internes, devraient être prises en considération avant la mise en œuvre du programme. 

Accès aux données du projet MATCH

1. Introduction
Tous les chercheurs qui désirent avoir accès aux données du projet MATCH devraient faire la demande à Mathieu Bélanger ou bien à la coordonnatrice de recherche du projet MATCH. En plus de protéger la confidentialité des données et d'assurer une rigueur éthique par les utilisateurs des données, le but de l'accès aux données est de s'assurer que les publications qui découlent du projet MATCH sont consistantes quant à l'échantillon ainsi que les variables rapportées et que les analyses en cours ne soient pas dupliquées.
 
2. Détention des données MATCH
Les données du projet MATCH appartiennent au chercheur principal ainsi que les co-chercheurs de l'étude. Les utilisateurs des données n'appartiennent pas les données. 
 
3. Application pour les données MATCH
L'accès aux données du projet MATCH est ouvert à tout chercheur affilié à une université après avoir rempli avec succès le formulaire de demande. Les étudiants à la maîtrise, au doctorat ainsi qu'au postdoctorat peuvent faire la demande par l'entremise de leur superviseur. Afin d'obtenir l'accès aux données, les intéressés devront remplir le formulaire d'accès aux données et le remettre à l'équipe du projet MATCH. Ce formulaire est disponible sous demande seulement.

4. Revue des propositions
L'équipe de recherche du projet MATCH devra appointer deux à trois personnes qui devra réviser toutes les demandes d'accès aux données en tenant compte du mérite scientifique, la pertinence et le chevauchement avec d'autres projets. Le processus de revue des propositions produira un des deux résulats suivants : accepté ou rejeté. Les résultats suivant la revue (incluant les recommandations, et/ou les raisons de rejet) seront communiqués via courriel de 4 à 6 semaines après la soumission du formulaire.
 
5. Approbation à l'éthique 
Les utilisateurs des données pourraient être demandés de fournir un certificat d'approbation éthique de leur propre comité d'éthique institutionnel.
 
6. Préparation de la base de données pour l'accès aux utilisateurs des données
L'équipe de recherche du projet MATCH va préparer/a préparé une liste de bases de données qui incluent toutes les données de l'étude. Après revue de la demande à l'accès des données, l'équipe de recherche divulguera l'accès aux données aux utilisateurs (protégé par mot de passe). L'équipe de recherche du projet MATCH se garde le droit de refuser de divulguer certaines variables spécifiques. Notez que certaines bases de données pourraient avoir une restriction d'utilisation selon la décision du chercheur principal.
 
7. Confidentialité 
L'équipe de recherche du projet MATCH a pris soin de protéger l'identité des participants ainsi que leurs données associées. Toute analyse secondaire se devra aussi de maintenir la confidentialité des données fournies. Afin d'assurer la confidentialité, les données fournies aux utilisateurs des données devront être exemptes de données qui pourraient permettre d'identifier les participants (ex.: nom, nom de l'école, etc.).
 
8. Securité des données
Les données du projet MATCH doivent être gardées dans un endroit d'accès qui nécessite l'utilisation d'un mot de passe complexe. Donner accès ou transférer des bases de données à des individus non mentionnés dans le formulaire de demande d'accès aux données constitue une violation grave et inacceptable de l'accord entre l'équipe de MATCH et l'utilisateur des données. Il est donc strictement interdit de procéder à de telles activités. Si les données sont transférées à un individu non mentionné dans le formulaire de demande d'accès aux données, l'équipe de MATCH exigera un retour immédiat des données, contactera immédiatement l'institution de l'utilisateur des données et demandera que toute publication qui découle de cette utilisation soit immédiatement retirée.
 
9. Demande de variables additionnelles
Si les utilisateurs des données ont besoin de variables additionnelles qui n'étaient pas décrites dans le formulaire approuvé, ils se doivent de soumettre une demande par courriel à l'équipe MATCH en expliquant le besoin des nouvelles variables, quelles nouvelles analyses seront entreprises et si l'adition de nouvelles variables comprend un changement dans la date de l'achèvement de la recherche. 

10. Rapports de progression de la recherche
L'équipe du projet MATCH peut demander des rapports périodiques brefs de la progression de la recherche. 
 
11. Date de fin du projet de recherche
Les candidats doivent spécifier une date prévue de l'achèvement du projet sur le formulaire de demande d'accès aux données. Si les publications, résumés ou rapports ne sont pas soumis à l'équipe MATCH par la date indiquée, les données seront prises par l'équipe de recherche et les sujets deviendront accessibles pour d'autres utilisateurs. Si applicables, les utilisateurs de données peuvent soumettre une demande d'extension de l'achèvement du projet en expliquant pourquoi plus de temps est nécessaire.
 
12. Rapport final
Les utilisateurs des données devront soumettre un court rapport final à l'équipe de MATCH qui nomme tous les documents qui ont été produits (ex.: publications, résumé de rapports, présentations PowerPoint, etc.). Une copie de tous ces documents devrait être incluse dans le rapport.
 
13. Retour des bases de données ainsi que des codes utilisés pour analyser les données
Les bases de données du projet MATCH ainsi que des codes utilisés pour analyser les données doivent être retournés à l'équipe de recherche MATCH dès l'achèvement du projet (ex: immédiatement après la publication d'un article scientifique qui découle des analyses). Les bases de données ainsi que des codes utilisés pour analyser les données seront stockés et gardés intacts par l'équipe MATCH pour cinq ans après l'achèvement du projet.
 
14. Remerciements
Tous les documents (manuscrits, rapports, publications, résumés, etc.) qui découlent de la demande devra remercier les sources de financement comme suit: “The data used in this analysis were drawn from the MATCH project, which was funded by the Social Sciences and Humanities Research Council and Sport Canada through the joint Sport Participation Research Initiative and by the New Brunswick Health Research Foundation”. 
 
15. Nouvelles analyses 
Les utilisateurs des données ne pourront sous aucune circonstance effectuer des analyses qui ne sont pas conformes à la demande approuvée. Si les utilisateurs des données souhaitent effectuer des nouvelles ou différentes analyses ou utiliser les données pour d'autres fins non spécifiées, ils devront soumettre une nouvelle demande à l'équipe MATCH.
 
16. Formulaire d'entente des utilisateurs des données
Après approbation de la demande, toutes les personnes nommées dans la demande devront signer le formulaire de demande d'accès aux données.
 
17. Recouvrement des coûts
Compte tenu de la complexité de la demande d'accès aux données, les utilisateurs des données pourraient être demandés de débourser des frais associés à la préparation des bases de données (temps de programmation).
 
18. Publication 
Les utilisateurs des données doivent soumettre une version finale du manuscrit pour revue à l'équipe de MATCH avant la publication. Ceci est pour assurer que : (i) le nombre de sujets rapportés par chaque article est consistant d'une publication à une autre; (ii) les variables utilisées sont comparables d'une publication à une autre; et (iii) l'équipe MATCH a vu et approuvé la publication avant qu'elle soit publiée. S'il y a des questions ou des problèmes qui surviennent, l'équipe MATCH pourrait demander quels programmes ont été utilisés pour l'analyse des données et pourraient décider de refaire les analyses. Si les utilisateurs des données publient sans l'approbation, l'équipe MATCH se réserve le droit de retirer la publication du journal.
 
19. Droit d'auteur
Les utilisateurs des données sont responsables de déterminer les coauteurs à inclure dans toute communication scientifique basée sur les données MATCH. Toutefois, en raison du travail de planification, de préparation ainsi que de coordination associé à l'étude MATCH, il est attendu  que la contribution du chercheur principal de l'étude soit reconnue en tant que droit d'auteur sur toutes les publications et présentations des résultats découlant du projet MATCH. Les utilisateurs des données sont aussi encouragés d'inviter les cochercheurs du projet MATCH à contribuer aux publications en tant que co-auteurs. Les utilisateurs des données ne devraient pas hésiter à communiquer avec le chercheur principal pour discuter de questions reliées aux droits d'auteur.  
Financement